Babatunde Olatunji Analog Remixes

olatunji image pour article

Voici un petit récit sur l’œuvre d’un artiste majeur et sur l’aventure musicale entre les percussions africaines de Babatunde Olatunji et notre univers sonore. Il en est sorti deux remixes que vous pouvez télécharger gratuitement.

Drums of Passion, l’album

Quelle joie fut de retrouver, derrière le piano du salon, le disque Drums of passion  de Babatunde Olatunji. Cet album sorti en 1959 est mythique, probablement le premier LP africain enregistré et mixé en stéréophonie au États-Unis.

L’artiste et sa démarche

Maitre des tambours nigérians né en 1927, Olatunji a durant toute sa carrière mis en lumière l’aspect universel des coutumes ancestrales grâce au chant, à la danse et aux polyrythmies africaines. Son œuvre est aussi guidée par l’idée de préserver la musique folklorique africaine avant sa disparition progressive dans un continent qui évolue vite. Les événements de l’histoire qu’ils soient religieux, sociaux, économiques ou politiques ont toujours inspiré les compositeurs.

En ramenant le souvenir de certaines chansons et rythmes traditionnels entendus dans son enfance, il compila dans cet album des générations de rythmes de l’Afrique de l’ouest. Des tambours traditionnels nommés Dum-dum, Omele, Bembe ou encore Kiriboto jusqu’au chants pleins de revendications du début de l’ère post-coloniale, plusieurs époques se télescopent dans cet enregistrement.

Les percussions

« Le tambour est chargé d’un pouvoir divin. Quand on l’écoute, l’esprit est traversé par un sentiment intense, par des émotions de joie. C’est un retour aux racines de l’humanité. » disait Olatunji.
Cet instrument fut mal compris par beaucoup de missionnaires des comptoirs commerciaux africains qui ordonnèrent sa suppression, interdisant son utilisation. Déjà, l’assimilation culturelle était une arme pour prendre le pouvoir sur les peuples indigènes. Aujourd’hui le plus vieux des instruments sert aux anthropologues et aux ethnologues comme un outil précieux, témoin culturel des traditions ancestrales.

Nos remixes de Babatunde Olatunji

Nous avons voulu, à notre tour, fusionner ses rythmiques et chants d’une puissance rare avec notre univers musical teinté d’électronique et d’effets analogiques. Pour cela, nous avons réalisé deux remixes des morceaux Akiwowo, repris en 1964 par Serge Gainsbourg avec New York U.S.A, et Jin-Go-Lo-Ba également repris par ce même Gainsbourg, mais aussi Santana ou encore Fat Boy Slim.

Pour la petite histoire,  Akiwowo fut un conducteur de train entre les gares de Lagos et Idogo au Nigeria. À l’époque, ce mot est devenu courant pour se moquer des conditions de travail des ouvriers du rail. Quand il était de service, son drôle de cri « Eyi lo poro ?!  (C’est ça que tu appelles se la couler douce ?!) » pouvait être entendu avec le rythme de sa locomotive. Dans le morceau original, les percussions reproduisent la puissance et le rythme du train, rappelant la nouvelle nation du Nigeria sur le chemin de la reconstruction sociale.

Le morceau original Jin-Go-Lo-Ba est lui une symphonie dramatique de percussions traditionnelles du Nigeria.

On espère que vous apprécierez nos versions conçues avec des synthétiseurs old-school !

En téléchargement gratuit ici :

https://les-freres-jackfruit.bandcamp.com/releases

 

Publicités